Dans notre article précédent « Pourquoi délaisser les diètes? », nous avons exploré l’impact des régimes sur le corps et leur échec sur le long terme. Dans cet article, nous explorerons notre approche anti-régime qui combine des éléments de plusieurs techniques, incluant l’alimentation intuitive et l’alimentation pleine conscience. 

Que vous ayez complètement abandonné les régimes ou que vous soyez seulement curieux ou curieuse de savoir si une alternative moins décevante/déprimante que les diètes existe, cet article est pour vous!

L’Intuition alimentaire est innée  

Croyez-le ou non, personne n’a réellement inventé l’alimentation intuitive. En fait, nous naissons tous avec! Et oui, les humains sont à la base des mangeurs intuitifs. Pensez à un bébé par exemple. Les bébés nous font clairement savoir qu’ils ont des besoins, incluant la faim quand ils pleurent. Ceux-ci savent également exactement quand ils n’ont plus faim. En effet, ils refuseront tout simplement de manger en détournant la tête. On ne contredit pas un bébé sur sa faim ou sa satiété bien évidemment! Pourquoi alors en tant qu’adultes, faisons-nous plus confiance à quelqu’un d’autre pour nous dire combien/quoi/quand manger (régimes) plutôt qu’aux sensations de notre propre corps, tout comme les nourrissons? Notre corps est-il moins digne de confiance en grandissant? 

Pourquoi perdons-nous l’habileté d’écouter notre corps?

Pour comprendre comment aller vers une alimentation anti-régime, il faut d’abord comprendre pourquoi nous avons perdu cette intuition alimentaire à la base. 

« Fini ton assiette ou sinon tu n’auras pas de dessert! »

« Mange tes légumes, car il y a des enfants qui meurent de faim dans le monde! »

« Tu dois manger plus si tu veux être fort(e) en grandissant! »

Cela sonne familier à vos oreilles? Ça l’est aussi pour la plupart de mes clients qui se souviennent de ces promesses/menaces souvent entendues durant leur enfance. 

Ces messages, et bien d’autres véhiculés par la société sur ce qu’on devrait ou ne devrait pas manger, nous poussent à croire qu’on ne peut pas faire confiance à nos propres signaux pour savoir quels choix alimentaires faire. Nous ne faisons plus confiance à notre degré de faim ou à quand la satiété arrive. On apprend donc à s’en remettre au jugement des autres, en commençant par nos parents, puis éventuellement aux diètes. Cette habileté est toutefois toujours bien ancrée à l’intérieur de chacun d’entre nous, en attente d’être exploitée pour le bénéfice de notre bien-être!

L’approche anti-régime : L’atteinte d’un équilibre

Le but de l’approche anti-régime est de réapprendre à écouter les signaux que le corps nous envoi. La faim et la satiété évidemment, mais également nos envies et nos préférences alimentaires et ce, sans la culpabilité qui est souvent présente lorsqu’on fait des régimes. 

En fait, il est important de comprendre que toutes nos décisions alimentaires sont prises selon trois sphères principales; le physiologique, l’émotionnel et le rationnel. 

Le physiologique

Cette sphère représente l’écoute des signaux de faim et de satiété, mais également l’écoute de nos envies et de nos sens. Ces derniers, comme par exemple le goûter, peuvent nous donner beaucoup d’information. En effet, le goût des aliments change progressivement entre la première bouchée et les suivantes, perdant de son intensité, ce qui peut nous indiquer quand nous sommes satisfaits. Testez-le, vous verrez!

L’émotionnel

Manger pour le plaisir est super important! Manger apporte du plaisir et du réconfort et c’est tout à fait normal. Sans plaisir de manger, on aurait pas mal moins de chance de survivre en tant qu’espèce! Par contre, quand cette sphère prend toute la place et qu’on « mange nos émotions » constamment, cela devient problématique. 

Le rationnel

C’est bien beau d’écouter son corps, mais malheureusement ce n’est pas toujours possible! Parfois on a un meeting prévu sur l’heure du dîner et on doit manger avant la faim pour éviter d’être affamé durant la rencontre. Dans ce monde moderne, il n’est pas toujours possible d’être intuitif, donc on doit apprendre à inclure une certaine dose de prévoyance! 

Par contre, on sait qu’on est trop dans la sphère rationnelle quand on tombe constamment dans les pensées du genre « Il faut manger… » ou « Il ne faut pas manger… » ou dans le fait de compter les calories. 

Dans l’approche anti-régime, on apprend donc à retrouver l’équilibre entre ces trois sphères. 

Pourquoi l’alimentation intuitive?

Flexibilité

Nos besoins changent à tous les jours, donc ce n’est pas une diète ou une formule mathématique inflexible qui pourra prédire nos besoins. 

Durabilité

L’alimentation anti-régime prend plus de temps à maîtriser que les régimes, mais c’est un changement positif de nos habitudes sur le long terme. 

Santé

En apprenant à écouter notre corps avec bienveillance, nous apprenons à lui donner exactement ce dont il a besoin pour maintenir ou améliorer notre santé. 

Sérénité 

La nourriture cesse de prendre toute la place dans notre vie et dans nos pensées et s’alimenter devient facile, sans jugement et surtout sans culpabilité! 

Viser le poids naturel

Les régimes sont attirants, car ils promettent une perte de poids rapide en plus de nous laisser croire que notre nouveau poids sur la balance sera maintenu sur le long terme. Par contre, la recherche nous montre malheureusement autre chose, soit une reprise du poids dans les cinq années suivantes.

Ne pensez-vous pas que si l’un de ces régimes marchait réellement sur le long terme comme le clament haut et fort certains adeptes, on le saurait déjà et que surtout, tout le monde pourrait manipuler son poids comme bon lui semble? 

Avec l’approche anti-régime, le focus est plutôt mis sur l’atteinte du bien-être et de la santé avant tout plutôt que sur le poids. Vous allez acquérir un nouveau mode de vie. Au final, c’est votre corps qui décidera où il se sent bien et celui-ci atteindra un équilibre de poids naturellement et sans effort si vous l’écoutez. En fait, lorsque nous avons une relation saine à l’alimentation, il est plus facile d’atteindre notre poids naturel et de le maintenir sur du long terme. 

Au final…

Vous aimeriez réapprendre à faire confiance à votre corps pour le nourrir? Vous désirez vous défaire de la culpabilité de manger ou de l’impression de perdre le contrôle autour de vos aliments préférés? Je vous comprends totalement! 

Réapprendre à faire confiance à son corps pour savoir comment manger peut par contre sembler être une gigantesque montagne à conquérir! En tant qu’expertes, nous sommes là pour vous aider! Nos nutritionnistes peuvent vous aider à mieux comprendre vos comportements alimentaires habituels. De cette façon, vous pourrez ainsi tendre vers une relation plus intuitive et flexible à votre l’alimentation.  

Chez LauGau Nutrition, notre but est que vous ne ressentiez plus jamais le besoin de vous tourner vers une diète restrictive! Êtes-vous prêt(es)?

Danya Beauregard, Nutritionniste, Dt.P., RD 

Êtes-vous tanné d’être obsédé par la nourriture? D’être toujours en train d’essayer un nouveau régime? D’avoir plein d’espoir au début du processus, pour finir totalement désillusionné quelques jours/semaines/mois plus tard par des résultats peu concluants ou qui ne sont pas durables?

Vous n’êtes absolument pas seul dans cette situation.

Essayer une diète de plus peut vous paraitre comme la seule option existante ou même vous sembler être une norme sociale! Mais les régimes peuvent malheureusement vous entrainer dans un cercle vicieux de poids jouant au «yoyo», ainsi que dans une spirale négative d’une mauvaise relation avec l’alimentation.

Dans cette première partie de notre article sur l’alimentation intuitive, nous explorerons en surface pourquoi les diètes ne fonctionnent pas en réalité et nous essayerons de comprendre que la solution adéquate à long terme se trouve finalement peut-être, tout simplement ailleurs…

Qu’est-ce qu’on veut dire par «régime»?

On entend par le concept d’un régime, n’importe quelle tentative de perte de poids volontaire par l’alimentation et/ou le sport. Donc dès qu’il y a des règles alimentaires à respecter sur :

  • les quantités que l’on peut manger,
  • le choix des aliments que l’on a le droit ou non de manger,
  • le moment de la journée où on peut/doit manger,
  • etc.

On est alors au régime.

Donc il n’est pas nécessaire de suivre un régime «officiel» pour être au régime, il suffit de s’imposer la moindre restriction alimentaire ne se basant pas sur des signaux internes du corps comme la faim, la satiété, les goûts, etc.

En voici quelques exemples évidents :

  • Diète cétogène/keto
  • Jeûne intermittent
  • Cure de jus
  • Diète hypocalorique

En voici quelques exemples moins évidents à saisir :

Je ne suis pas au régime, mais…

  • … j’ai coupé tous les desserts
  • … je ne mange plus jamais de fast food/aliments transformés/restaurants
  • … je ne mange pas après X heure le soir
  • … je ne mange ceci que durant mes jours de triche (cheat day)

Les conséquences des diètes

Premièrement, les diètes ne fonctionnent pas. Je vous le répète, elles ne FONCTIONNENT pas.

Les recherches montrent que pour 95 à 98 % des gens, les diètes échouent au bout de 5 ans et que les gens auront repris tout le poids et parfois plus!

Pourquoi les gens continuent-ils alors?

Parce que pour beaucoup, cela donne initialement des résultats rapides au niveau de la perte de poids.

Eh oui, c’est encourageant sur le coup!

Par contre, on se blâme nous-mêmes par la suite.

On se blâme, car on s’aperçoit que la diète n’est pas soutenable longtemps et parce que celle-ci n’a fonctionné que quelques jours. D’un autre côté, on se sent également impuissant quand on voit que pour nous, rien ne fonctionne, mais que pour notre voisin/collègue/amie, ça semble si facile d’y arriver.

De ce fait, examinons d’un peu plus près pourquoi les diètes échouent immanquablement sur du long terme et surtout pourquoi ceci n’est aucunement de votre faute. En fait, il est important de savoir que cela n’est aucunement dû à un manque de volonté de votre part. C’est plutôt relié au fait que c’est physiologiquement impossible pour votre corps de maintenir un régime sur une longue période.

Les contrecoups sur le métabolisme

En résumé, le corps a besoin d’énergie. Il a besoin d’énergie pour se déplacer, faire de l’activité physique, etc., mais SURTOUT pour simplement nous maintenir en vie. Pour respirer, faire battre notre cœur, digérer, réfléchir, et bien d’autres. Toutes ces fonctions (aussi appelé métabolisme de base) utilisent la majorité de l’énergie dont nous avons besoin.

Cette énergie, ce sont les calories.

Si l’on ne donne pas suffisamment d’énergie à notre corps de façon répétitive, celui-ci afin de nous protéger de cette famine volontaire, se mettra à utiliser moins d’énergie pour accomplir son but le plus vital. C’est un peu comme un téléphone en mode économie d’énergie quand la batterie est faible. Si l’on utilise moins d’énergie, on aura tendance à en stocker plus facilement. De ce fait, il y a un risque de prendre du poids.

Mes client(e)s me demandent parfois «Pourquoi le corps continue-t-il d’accumuler les kilos comme ça? C’est donc bien frustrant que mon corps ne comprenne pas ce qui est bon pour moi!»

Au contraire! D’un point de vue de la survie, c’est plus sécuritaire pour le corps de prendre du poids que d’en perdre. Lorsque celui-ci perçoit un manque de nourriture dans l’environnement (restriction alimentaire), il se met alors en mode réserve. Comme il expérimente une menace pour sa survie, il essayera de nous garder en vie le plus longtemps possible via le stockage les calories !

Bref, notre corps fait son bon travail en nous protégeant, même malgré nous! Cool non?

Les impacts sur les habitudes alimentaires

Autres que sur le métabolisme, les restrictions ont un impact sur nos choix alimentaires d’un point de vue plus psychologique.

Il est important de comprendre que les aliments apportent plus que des calories. Ils apportent des saveurs, des textures, du réconfort, de charmants souvenirs, etc. De manière générale, quand on se refuse certains aliments pour perdre du poids, ce sont la plupart du temps ceux qui sont les plus associés au plaisir, au réconfort et à une récompense. S’interdire des aliments qu’on aime augmente notre obsession pour ces aliments et on finit alors immanquablement par perdre le contrôle et à en consommer bien plus, que ce soit chez nous ou en visite chez les autres.

En plus de rendre nos aliments «interdits» encore plus attrayants, on rend en même temps à nos yeux et à nos papilles les aliments dits autorisés, beaucoup moins intéressants. On les voit comme une obligation. Donc même si en théorie on aime les carottes, on a moins envie d’en manger, car on pense tout le temps à nos biscuits ou croustilles préférés qu’on s’auto-interdit de manger.

On peut même aller jusqu’à se développer un nouveau goût plus prononcé pour le sucre et le gras, donc un penchant pour les aliments qui en contiennent, parce que le corps sait que ces aliments sont plus riches en énergie. Que c’est beau la nature! Plus on est attiré par ceux-ci, plus on a de chance d’atteindre nos besoins énergétiques et par le fait même, de survivre.

Direction : l’alimentation intuitive!

Si vous cherchez une méthode qui génère une perte de poids rapide, mais qui ne dure pas, je vous recommande fortement les diètes. Celles-ci vous apporteront de la frustration, de la culpabilité et encore plus de confusion sur vos choix alimentaires à faire quotidiennement.

Mais qui veut cela? Je vous le demande.

Donc, sachant que les diètes sont vouées à vous maintenir solidement dans un cycle de poids de type «yoyo» et dans une relation négative avec la nourriture, que pouvez-vous faire? Évidemment, laisser tomber les diètes pour de bon n’est vraiment pas chose facile! Surtout si on a l’impression que c’est notre seule option de disponible. Eh bien, sachez qu’il y en a une autre qui s’offre à vous!

L’alimentation intuitive, qu’on vous proposera d’explorer dans la deuxième partie de ce blogue, vous offrira l’opportunité d’enfin vous libérer de ces régimes et d’améliorer réellement votre relation avec la nourriture.

Danya Beauregard, Nutritionniste, Dt.P., RD